Skip directly to content

Les traitements possibles

print-fr

 

text-size-fr

breadcrumb

La recherche a beaucoup progressé depuis la découverte de l’Alzheimer, il y a 100 ans. Bien que la maladie ne se guérisse pas encore, les médicaments actuellement offerts peuvent stabiliser la maladie ou ralentir la détérioration de l’état des personnes qui y répondent.

Plusieurs médicaments sont présentement disponibles au Canada pour soulager les symptômes typiques de l’Alzheimer tels que le déclin de la mémoire, des facultés langagières, des aptitudes à la réflexion et des habiletés motrices. Il s’agit d’agents appartenant à une classe appelée inhibiteurs de la cholinestérase et comprennent :

  • AriceptMD (comprimés à 5 et à 10 mg) et Aricept RDTMD (comprimés à 5 et à 10 mg) – également appelé chlorhydrate de donépézil
  • ExelonMD (capsules à 1,5, à 3, à 4,5 et à 6 mg ou solution orale à 2 mg/mL) et ExelonMD Patch (timbres à 9 et à
    18 mg) – également appelé tartrate de rivastigmine
  • ReminylMC (comprimés à 4, à 8 et à 12 mg) et Reminyl ERMC (comprimés à 8, à 16 et à 24 mg) – également appelé bromhydrate de galantamine

Une autre classe de médicaments, les antagonistes des récepteurs NMDA, est également utilisée pour traiter les symptômes de la maladie d’Alzheimer. Elle comprend :

  • EbixaMD (comprimés à 10 mg) – également appelé chlorhydrate de mémantine

Ebixa a reçu un avis de conformité avec conditions, ce qui signifie que les médecins peuvent continuer de prescrire cet agent aux personnes atteintes d’Alzheimer à la condition que son fabricant mène des études additionnelles pour en vérifier l’efficacité.

AriceptMD, Eisai Co. Ltd./Pfizer Canada Inc., licencié
ExelonMD est une marque déposée de Novartis Pharma Canada inc.
ReminylMD est une marque déposée de Janssen-Ortho inc.
Ebixa® est une marque de commerce déposée de Merz Pharma GmbH utilisée sous licence par Lundbeck Canada Inc.

Les inhibiteurs de la cholinestérase

Leur mode d’action

Depuis les années 1970, les chercheurs s’intéressent beaucoup aux médicaments contre l’Alzheimer. C’est au cours de cette décennie qu’ils ont découvert que le cerveau des personnes atteintes de la maladie contient une moins grande quantité d’acétylcholine, en raison d’une dégénérescence des cellules nerveuses qui produisent cette substance chimique. On croit qu’en agissant comme messager entre les cellules nerveuses, l’acétylcholine serait étroitement liée à la mémoire, à l’apprentissage et au raisonnement.

De plus, la cholinestérase est une enzyme produite par l’organisme qui décompose l’acétylcholine. On pense que les inhibiteurs de la cholinestérase diminuent la production de cholinestérase, ce qui entraînerait une augmentation de la quantité d’acétylcholine dans le cerveau pouvant contribuer à réduire ou à stabiliser les symptômes de l’Alzheimer.

Leurs bienfaits

Les inhibiteurs de la cholinestérase peuvent aider à atténuer les symptômes touchant la mémoire et d'autres fonctions cognitives, à stabiliser ou ralentir leur progression, et à améliorer la capacité à vaquer aux activités quotidiennes.

Les antagonistes des récepteurs NMDA

Leur mode d’action

Le glutamate est un autre messager chimique du cerveau qui pourrait jouer un rôle important dans l’apprentissage et la mémoire. On croit que dans le cerveau des personnes atteintes d’Alzheimer, la concentration de glutamate augmente près des cellules nerveuses malades, ce qui détériore davantage les cellules et contribue à l’apparition des symptômes de la maladie. Les antagonistes des récepteurs NMDA agiraient en normalisant le taux de glutamate, réduisant ainsi les symptômes de la maladie.

Leurs bienfaits

Les antagonistes des récepteurs NMDA, tels que la mémantine, sont destinés aux personnes atteintes d’Alzheimer à un stade intermédiaire ou avancé. Ils peuvent aider à ralentir ou à stabiliser le déclin des fonctions cognitives et de la capacité à vaquer aux activités quotidiennes. Ils peuvent être pris seuls ou en association avec les inhibiteurs de la cholinestérase.

Mesures non pharmacologiques

L’adoption de plusieurs habitudes saines peut également avoir une incidence sur l’évolution de la maladie d’Alzheimer; il ne faut donc pas limiter le traitement aux médicaments. Les mesures non pharmacologiques ci-dessous peuvent favoriser la santé du cerveau et pourraient retarder l’apparition des symptômes.

  • Activité physique : L’activité physique réduit le risque de maladies cardiovasculaires, qui sont associées à la maladie d’Alzheimer. De plus, pratiquée modérément, l’activité favorise la circulation sanguine au cerveau, ce qui apporte aux cellules l’oxygène et les nutriments dont elles ont besoin. Enfin, bien entendu, l’activité physique fait partie d’un mode de vie sain.
  • Activité mentale : En gardant le cerveau actif, on renforce son réseau de connexions et on préserve son fonctionnement. Les défis que l’on donne au cerveau sont autant de façons de rompre la monotonie et la routine, sans compter qu’ils permettent d’utiliser des voies cognitives pas ou peu employées.
  • Réseau social : L’activité sociale est associée au maintien de la fonction cognitive. Entretenir un réseau, c’est nourrir des liens avec des amis et des membres de la famille, en plus de profiter des occasions de socialiser par le travail, le bénévolat et les voyages.
  • Gestion du stress : Le stress peut être à l’origine de changements vasculaires et de déséquilibres chimiques qui ont des effets prolongés sur le cerveau. La réduction des facteurs de stress et la gestion du stress peuvent contribuer à la santé du cerveau.